top of page

Je ne sais pas dire NON!!!


Savoir dire non, est-ce si compliqué ?


« Maman, je peux inviter mes copains à la maison pendant 3 jours ? » « Chéri, tu peux aller me chercher du poivre de Sichuan à l’épicerie (qui est à 20 km) ? » « Josiane, rendez-vous client à 17h45 demain soir c’est ok pour vous ? »


Réponse collégiale : Oui…Et pourtant, au fond de vous, le « non » viendrait plus intuitivement. Non, je n’ai pas envie, non, j’avais prévu autre chose, non, tu peux le faire toi-même, non, je suis débordée et j’ai besoin de me reposer… Vos envies, vos limites, vos besoins ne sont pas entendus ni perçus par l’autre et vous ne vous autorisez pas à les exprimer clairement.


Que se cache-t-il derrière ce oui spontané qui vous met mal à l’aise ? Bien souvent le besoin d’être aimé, de plaire à l’autre ou tout simplement d’avoir la paix. Il vous est compliqué de dire non car vous cherchez à éviter le conflit avec l’autre. Vous vous effacez pour ne pas rentrer dans le face à face de l’argumentation. Peut-être y a-t-il également une peur de décevoir l’autre, de perdre sa confiance, peur qu’il ou elle ne puisse plus compter sur vous.


Parce que vous ne savez pas dire non, vous tombez dans une spirale qui consiste à toujours être à la disposition des autres et à s’effacer pour laisser la priorité aux autres. Et parfois, vous vous oubliez.


Ce constat peut paraître anecdotique, mais ne pas être capable de dire non mène à la rancœur, au manque d’estime et de confiance en soi, à la tristesse, à la colère et, dans les cas les plus extrêmes, au burnout, à la charge mentale et aux abus et harcèlement en tout genre.


Réagir pour exprimer votre besoin et vos limites est impératif. Dire non n’est pas insurmontable, le non est acceptable, mais cela nécessite de changer de perspective. Le non n’est pas un mot égoïste, il permet avant tout de se respecter soi-même.


Après avoir imaginé l’issue idéale pour eux, je recommande toujours à mes clients d’essayer une première fois de dire non dans une situation qui reste facile pour eux et d’expérimenter ainsi la réaction de l’autre. Bien souvent, nous sommes surpris de constater que l’autre accepte facilement ce non et passe à autre chose.


C’est la manière de l’amener qui est primordiale. Le non doit être clair, sans agressivité, accompagné si nécessaire d’une explication brève concernant nos limites, nos besoins ou notre disponibilité. Parfois, l’humour permet de désamorcer la situation. Vous pouvez également proposer une alternative qui vous convienne : « Non, pas aujourd’hui, je suis fatiguée, nous recevrons tes amis une autre fois ». « Non, je ne suis pas dispo, je dois finir un projet pour le boulot avant ce soir », « J’ai encore beaucoup à faire, pourriez-vous demander à quelqu’un d’autre ? Je vous remercie. »

Il y a des situations où le non est essentiel à votre bien-être physique et mental :

- Savoir dire non aux relations toxiques et y mettre fin

- Savoir dire non lorsque les limites physiques sont atteintes

- Savoir dire non lorsque cela touche au respect de notre intimité et à notre intégrité

- Savoir dire non aux substances néfastes pour notre santé

- Savoir dire non à ce qui va à l’encontre de nos valeurs.


Parfois, le non n’est pas respecté en dépit de nos efforts. Nous devons faire face au manque de respect, aux abus et au harcèlement. Et là c’est une autre histoire, vous aurez fait ce que vous pouvez. Il s’agit de se déculpabiliser, de se protéger dès que possible et de chercher de l’aide. Thérapeutes, coachs et associations spécialisées sont à votre écoute.


Verbaliser le non n’est pas si compliqué, il existe des techniques imparables. Prenez-vous au jeu et appréciez-en les résultats sur votre mieux-être !




7 vues0 commentaire
bottom of page